Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Energie / Gestion de l'énergie / Chauffage et électricité
Actions sur le document

Chauffage et électricité

Pensez aux énergies renouvelables

Vous envisagez de remplacer votre chaudière ? Vous construisez un nouveau logements et vous recherchez une solution innovante en terme énergétique ?
Plus simplement, vous vous préoccupez de votre environnement et des questions énergétiques ?
Pensez à exploiter les énergies renouvelables et leur technologies originales.
 

Voici quelques possibilités pour la production de chaleur et d’électricité :

Pour la production de chaleur

Les capteurs solaires thermiques sont une solution pour la production d’eau chaude sanitaire et le pré-chauffage des locaux. Cette technologie a fait ses preuves et connaît un certains succès en Wallonie, notamment grâce aux primes SOLTHERM (primes régionale, provinciale et communale).
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’ensoleillement en Belgique est suffisant pour assurer le fonctionnement des panneaux solaires mais il faut cependant prévoir un système d’appoint (sauf dans les systèmes intégrés, voir ci-dessous) pour les périodes d’ensoleillement plus faible (d’octobre à mars). Cette technologie reste néanmoins performante vu qu’elle permet de chauffer l’eau sans consommation d’énergie fossile pendant la moitié de l’année et qu’elle en diminue la consommation durant l’autre moitié.
D’un point de vue technique et de manière résumée, un capteur solaire thermique (le plus souvent des capteurs plan vitrés) est constitué d’une surface absorbante sélective qui capte le rayonnement solaire direct et diffus et le transmet à un fluide " caloporteur ". La chaleur est ensuite transmise au réservoir d’eau chaude via ce fluide transporté dans un réseau de tubes fins. L’orientation et l'inclinaison sont aussi deux paramètres fondamentaux pour la mise en œuvre de panneaux solaires, ceux-ci devant être placés de manière à capter un maximum de rayonnement (orientation idéale entre sud-ouest et sud-est ; inclinaison idéale entre 20° et 60°).

N’oubliez pas non plus que cette technologie ne vous coûtera que lors de l’investissement de départ, investissement qui peut se voir diminuer grâce aux différentes primes (région, province et commune) et qui sera ensuite amorti en quelques années vu que l’énergie du soleil ne coûte rien. Notez que les prix pratiqués pour l’installation de chauffe-eau solaire peuvent varier fortement d’un entrepreneur à l’autre, n’hésitez donc pas à comparez les offres avant de faire votre choix.

Le bois, énergie d’hier, de demain et de toujours ! Il est tout à fait possible aujourd’hui de se chauffer au bois ! Le bois-énergie offre en effet de nombreuses technologies fiables et performantes, allant du classique poêle au système de chauffage central. Vous vous demandez peut être quel pourrait être l’intérêt environnemental de ce procédé puisque la combustion de bois induit un dégagement de CO2 ? L’explication est simple : la combustion du bois produit en effet du CO2 mais celui-ci est refixé par les arbres en croissance via la photosynthèse, le bilan au niveau CO2 est donc globalement neutre.
Le bois-énergie peut avoir des origines et des formes diverses : il peut en effet s’agir de bois issus directement de la forêt (rémanents d’exploitation, déchets d’élagage, chablis,…) ou de l’industrie (résidus de scieries, menuiseries, palleteries,…), ce combustible se présentant sous forme de bûches, de plaquettes, de granulés (pellets) ou de briquettes.
La Région Wallonne favorise d’ailleurs l’acquisition de chaudières biomasse automatique via les primes.
Enfin, notez que, outre les économies de CO2, l’utilisation du bois-énergie a également des effets bénéfiques en matière de gestion forestière en permettant de diversifier les utilisations de cette ressource naturelle.

 

pompeachaleur

Pompe à chaleur
La pompe à chaleur (PAC) est une technologie de chauffage qui puise des calories dans une source froide (idéalement sous forme d’eau dans une nappe souterraine, une rivière, un étang, ou dans le sol par géothermie, mais aussi dans l’air ambiant mais avec un rendement nettement plus faible) pour les restituer à l’endroit voulu. Elle peut être utilisée tant pour le chauffage de l’habitation que pour la production d’eau chaude sanitaire.

L’efficacité d’une pompe est caractérisée par son coefficient de performance (COP) qui est exprimé par le rapport entre la quantité d’énergie utilisée pour faire fonctionner la pompe (de l’électricité) et la quantité d’énergie qu’elle produit. Pour que ce système soit réellement intéressant, le COP doit être au moins égal à 3.

Cette technologie bénéficie également des nouvelles primes URE de la Région wallonne.


Pour la production d’électricité :


Le solaire photovoltaïque comme le panneau solaire thermique exploite la lumière comme source d’énergie mais, dans le cas présent, pour la production d’électricité. Les capteurs photovoltaïques sont constitués de matériaux semi-conducteurs capables de transformer la lumière directement en électricité. Concrètement, la surface du capteur, excitée par la lumière absorbée (plus précisément, par les photons), libère des électrons, créant ainsi un déséquilibre au sein du matériau, déséquilibre exploité pour la production d’un courant continu.
Sous nos latitudes, la production de ces capteurs varie en fonction de la saison, pouvant aller de 0,8 kWh/jour en hiver à 7,5 kWh/jour en été pour une surface de capteurs de 8 m². Généralement, on compte qu’il faut entre 6 et  8 m² pour produire une puissance de 1 kWc dans les meilleures conditions (ciel serein) et une production globale d'électricité sur l’année de 850 à 1.000 kWh en moyenne (selon le rendement des panneaux).
Cette technologie est fiable, performante et aisément adaptable aux différentes situations et présente l’intérêt d'être de moins en moins chère à l’investissement ; elle bénéficie désormais du régime Qualiwatt, soit une prime régionale répartie sur 5 ans mais limitée à la puissance de 3 kWc, régime qui désormais ne bénéficie plus de l’octroi de certificats verts, mais qui reste néanmoins très rentable (temps de retour entre 5 et 8 ans).
 

eoliennes.jpg

Les éoliennes,
quant à elles, transforment l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique puis en électricité via une génératrice. Actuellement, cette technologie est essentiellement exploitée pour des productions à moyenne ou grande échelle, sous forme de parc comprenant des éoliennes imposantes. C’est notamment le cas pour le parc situé sur Gembloux et Sombreffe qui compte 6 éoliennes de 1,5 MW chacune. La production annuelle d’électricité de ce parc est estimée à 19,8 millions de kWh, soit la consommation moyenne de 5.600 ménages par an.
L’implantation de petites éoliennes chez des particuliers est également envisageable, notamment dans le cas d’un éloignement important par rapport au réseau de distribution, mais nécessite un permis d’urbanisme.
Techniquement parlant, la vitesse moyenne annuelle du vent doit être de l’ordre de 6m/s (21,6 km/h) pour l’implantation d’une petite éolienne de 1,5 kW qui fournira environ 3 kWh par jour ou 1.000 kWh par an de courant transformé en alternatif.
Notez cependant qu’une telle démarche demande une réflexion importante vis à vis des potentialités du site, des besoins d’énergie, du budget, du permis d’urbanisme et de l’avis des voisins !


Les systèmes intégrés : une combinaison gagnante pour l’indépendance énergétique

Les technologies mettant en œuvre des énergies renouvelables peuvent également faire l’objet de combinaisons de façon à augmenter l’indépendance énergétique vis-à-vis des énergies fossiles classiques.
Il est notamment possible d’associer la technologie des panneaux solaires à celles de la pompe à chaleur et de la géothermie (système permettant de stocker de la chaleur pour la restituer au moment voulu) de façon à atteindre une indépendance énergétique pratiquement totale !Un tel système assure à la fois le chauffage, le rafraîchissement, l’eau chaude sanitaire et la ventilation.
Les panneaux solaires sont reliés au ballon d’eau chaude sanitaire et au système de stockage de chaleur en sous-sol permettant ainsi la production d’eau chaude sanitaire et l’accumulation de chaleur pendant les périodes les plus chaudes de l’année.

Les économies :
d'énergie 

La production d’eau chaude sanitaire étant assurée à 78% sur l’année par les capteurs solaires en direct, le reste provenant du système de récupération de la chaleur stockée. De plus, la consommation d’électricité nécessaire au fonctionnement de la pompe à chaleur est égale à plus ou moins 1/3 de l’énergie émise par cette dernière pour chauffer la maison. Les 2/3 autres sont issus de l’énergie solaire et de la récupération sur la ventilation stockées en sous-sol.
La seule consommation d’énergie " externe " concerne donc l’électricité utilisée pour le fonctionnement de la pompe à chaleur.

de CO2,

vu que la production de cette installation vaut environ 20% de celle d’une installation au mazout qui chaufferait la même maison.

d’argent 

puisque votre facture énergétique ne comprendra ni mazout, ni gaz pour le chauffage. Seule l’électricité nécessaire au fonctionnement de la pompe vous sera facturée. En ce qui concerne les investissements, ceux-ci sont plus élevés dans le cas de ce type d’installation que pour une installation classique au mazout ou au gaz mais n’oubliez pas que vous pouvez bénéficier de différentes primes cumulables (pour les panneaux solaires, la pompe à chaleur, les travaux d’isolation, la récupération d’énergie sur la ventilation,…) et que vous pourrez largement récupérer votre investissement grâce aux économies effectuées par la suite.

En savoir plus ?

Contacter le Service Énergie au 081/626.397
ou surfez sur energie.wallonie.be