Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation

Navigation

Actions sur le document

Le Verger de l'Escaille

Le Programme communal de développement rural  (PCDR) de Gembloux, en 2000,  avait retenu comme prioritaire le projet de l’extension souhaitée de la réserve naturelle Natagora, en vue d’ y créer un centre de démonstration dynamique et pédagogique sur les techniques de gestions douces de l’environnement, tout en valorisant le patrimoine historique et naturel exceptionnel du lieu. Grâce aux subsides de la région wallonne, la commune a ainsi réalisé en 2012 la première étape de ce projet en acquérant la terre de culture de plus d’un hectare, qui était enclavée dans la réserve, en y recréant un verger haute-tige de près d’une centaine d’arbres, tel qu’il a existé en partie à cet endroit au 18ème siècle.

Dans l’esprit du futur éco-musée de l’Escaille, le choix des variétés s’est porté naturellement sur les variétés anciennes, sélectionnées et conseillées par le Centre de recherches agronomique (CRA-W). La structuration du verger, particulièrement sophistiquée,met en évidence des méthodes agri-environnementales, qui peuvent être mises en œuvre par les agriculteurs pour augmenter les capacités d’accueil de la faune et de la flore. Ainsi, le verger est ceinturé d’une bande enherbée fleurie, de 300m de long, composée d’une vingtaine d’espèces, principalement mellifères.   En 2014, nous y introduirons, en sursemis, une plante disparue de la région, le rhinanthe crête de coq. Cette ceinture est  bouclée par une bande culturale de 100m de long où différentes céréales seront introduites en rotation, sans engrais ni pesticides. Les céréales ne sont pas récoltées pour servir de réserve grainière hivernale pour des passereaux devenus rares, comme les bruants proyers. Des plantes messicoles (associées aux cultures) comme le bleuet,  le chrysanthème des moissons et la nielle des blés ont également été introduites. Enfin deux haies d’une longueur totale de 200m, composées de plus d’une trentaine d’essences, également fortement mellifères, complètent le dispositif.  Dans les prochaines semaines, un hôtel et une spirale à insectes, seront  installés, principalement à titre didactique. A terme, des moutons pâtureront  le verger et 4 ruches y seront  placées. Dans une dizaine d’années, cet espace agricole redeviendra complètement productif, fournissant simultanément pas moins de 7 produits : des fruits de 40 variétés, , du miel parfumé par plus de 100 sortes de fleurs, de la viande de mouton, de la laine, du foin et du bois, et cela 100%bio. Il accueillera une dizaine de mammifères, une cinquantaine d’oiseaux et plus de 300 espèces d’insectes.

Le projet est aussi inscrit dans une démarche de cohésion sociale et d’appropriation collective. Outre les ouvriers communaux, les bénévoles de Natagora et les étudiants de l’Institut horticole de Grand-Manil,  près d’une centaine de familles sont aujourd’hui associées à l’entretien du verger, chacune parrainant l’arbre qu’elle a  planté et tuteuré et qui apprendra ce mois de mars à lui prodiguer la première taille de formation.  Cette dynamique a permis aussi de rassembler près de 40 personnes pendant le congé de Noël, pour exporter un maximum de fanes, afin de diversifier d’avantage les prairies.

Cerise sur le gâteau, le verger est facilement accessible du centre ou de la gare de Gembloux par le RAVeL. Les écoles pourront le visiter sans produire de CO2.

Fiche projet - Toiture végétale au Rucher didactique de l’Escaille

Demande d'un financement pour participer à la végétalisation de la toiture du rucher du verger de l'Escaille

 

Le Verger de l'Escaille