Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Gembloux dit « oui » au wallon

Gembloux dit « oui » au wallon

Dans le cadre du label « Ma commune dit oui au wallon », les Fêtes de Wallonie sont à Gembloux l’occasion de mettre en valeur le wallon. Retour sur le discours de Madame Chantal DENIS, qui nous fait chaque année le plaisir de partager quelques mots lors du dimanche du « Wally en Fête », le dernier week-end de septembre.

Le discours original en wallon

Mayeûr, mès djins,

Dji vos vôreu bin dîre qui n’s-èstans al taye aus fréjes èt qui tot va bin.

Malèreûsemint, gn-a-t-i dandjî d’ rapèler qu’ ça faît deûs-ans po l’ mwins’ qui nos passans lès bourdouches ? Après awè yeû tchôd nosse coyène come jamaîs l’an passé, nos-avans stî èdjalés, adonpwîs ènaîwés à n’è sawè rèche foû cite anéye-ci. Et i nos faut co sopwârter l’ fayé vîrus’ qui djoûwe avou nos-aburtales dispû deûs-ans.

Por mi, tot ça, c’èst d’s-avêrtichemints po dîre qui nos d’vans à tote fwace candjî nosse fusik di spale. Et nin seûlemint fé dès grands-mèsses (dji m’èscuse, don, Mossieû l’ curé). C’èst rilèver nos mantches qu’i faut ! Mins dj’a l’idéye qu’i va yèsse malaujîy à fé passer, ci mèssadje-là. Pace qui po brâmint, c’èst l’ lîbèrté qui dwèt yèsse li maîsse dèl djôye. Mins qwè ç’ qui ça vout dîre, lîbèrté ? Fé l’ fièsse ? Voyadjî ? Dispinser sins compter ? Sins sondjî à d’mwin ? Sins sondjî aus-ôtes ? Sins sondjî qu’ nos n’avans qu’one seûle têre ?

Lîbèrté : ci mot-là n’aveut nin l’ minme sins’ po nos tayons qu’ po nos-ôtes. Pace qui ni rovians nin qui, si n’s-èstans véci audjoûrdu, c’èst po s’ rapinser qui, gn-a nin co tot-à faît deûs siékes, nos n’èstîn’ nin libes. Ci n’èsteut nin on vîrus’ qui nos maîstrijeut, gn-a deûs cints-ans di d’ci. C’èsteut d’s-Olandès. Et d’vant zèls, gn-a yeû lès Francès, lès-Autrichyins, l’s-Espagnols, èt on pout co r’monter insi jusqu’aus Romins.

Tot ça po dîre qui l’ lîbèrté, èlle èst fwârt casuwéle. Et c’èst co eûreûs quand on trove dès djins po s’ bate por lèye. Dès sôdârds, bin sûr mins èto dès médecins, d’s-infirmiéres èt dès djins qui boutenut dins l’ombe sins s’ fé valu.

Nos l’avans co vèyu li 14 èt l’ 15 di julèt’. Lès sôdârds tot seûs, lès s’courisses tot seûs, lès sapeûrs tot seûs ni saurin’ rin fé quand l’ diâle s’è mèle. Co d’ chance qu’i-gn-a co dès djins po copler l’s-ôtes sins rin d’mander. Jusse po l’ plaîji di spaler, di doner. Et audjoûrdu, c’è-st-à tos cètila qui dj’ vôreu rinde bon d’vwêr véci. Ca si gn-a dès médecins, dès politicyins ou dès jènèrâls, qu’ont lèyî leû nom dins l’istwêre, c’èst fwârt avant lès p’tits qui laîyenut leûs culotes quand i s’ faut boudjî. (…) Qui ç’ fuche one guêre conte on’ ôte payis, conte on fayé vîrus’, ou conte on dèmoné ènaîwadje, ni rovians nin qu’one bataye ni s’ gangne qu’avou tortos ! Ni rovians surtout nin qu’ i n’ nos faut jamaîs rovî ! Mèrci d’ m’awè choûté.

Madame Chantal DENIS

La traduction en français

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs,

J’aurais aimé pouvoir vous dire que tout va bien et que nous ne pourrions vivre sous de meilleurs auspices.

Est-il malheureusement besoin de rappeler que cela fait au moins deux ans que nous subissons des coups de boutoirs ? Après avoir dû affronter une canicule sans précédent l’an dernier, nous avons frissonné cette année-ci, avant d’être arrosés sans discontinuer. Et il nous faut encore supporter ce fichu virus qui nous nargue depuis deux ans.

A mon humble avis tout cela, ce sont des avertissements pour nous faire comprendre que nous devons à tout prix changer notre fusil d’épaule. Et pas seulement faire des grands-messes (pardonnez-moi, Monsieur le curé). C’èst agir qu’il faut ! Mais je pense qu’il va être difficile de faire passer, ce message-là. Parce que pour beaucoup, c’èst la liberté qui doit primer.

Mais qu’est-ce que ça veut dire, liberté ? Faire la fête ? Voyager ? Dépenser sans compter ? Sans penser à demain ? Sans penser aux autres ? Sans penser que nous n’avons qu’une seule terre ? Liberté : ce mot-là n’avait pas le même sens pour nos pères que pour nous. En effet, n’oublions pas que, les fêtes de Wallonie commémorent l’indépendance de la Belgique il y a moins de deux siècles. Ce n’était pas un virus qui nous dominait, il y a deux cents ans. C’était des Hollandais. Et avant eux, il y avait eu les Français, les Autrichiens, les Espagnols, et on peut encore remonter ainsi jusqu’aux Romains.

Tout ça pour dire que la liberté, elle est fort précaire. Et c’est encore heureux quand on trouve des personnes prêtes à se battre pour elle. Des soldats, bien sûr mais aussi des médecins, des infirmières et des gens qui travaillent dans l’ombre sans se faire valoir.

Nous l’avons encore vu les 14 et 15 juillet. Les soldats tout seuls, les secouristes tout seuls, les pompiers tout seuls sont impuissants à contrer des catastrophes d’une telle ampleur. Heureusement, on trouve encore des citoyens pour venir en aide aux autres, sans rien demander en retour ; dans le seul but d’aider, de donner. Et aujourd’hui, c’est à toutes ces personnes que je voudrais rendre hommage. Car s’il y a des médecins, des politiciens ou des généraux, qui ont laissé leur nom à la postérité, ce sont surtout les « petits » qui laissent leurs culottes quand il faut « se bouger ». (…) Qu’il s’agisse d’une guerre contre un autre pays, contre un fichu virus, ou contre une inondation catastrophique, n’oublions pas qu’une bataille ne se gagne qu’avec la collaboration de tous ! N’oublions surtout pas que nous ne devons jamais oublier ! Merci de m’avoir écoutée.