Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Se protéger contre les risques d’inondation

Se protéger contre les risques d’inondation

Se protéger contre les risques d’inondation par ruissellement et  coulées de boue

Avec les journées plus chaudes de l’été, revient le risque d’inondations par coulées boueuses lors orages survenant dans les campagnes où les champs ont été semés ou plantés (maïs, betterave, pomme de terre, pois, etc.). Ces inondations ne sont pas liées directement à un cours d’eau, mais aux endroits où se concentrent les eaux de pluie : à titre d’information, il y a 10.500 km d’axes de concentration du ruissellement répertoriés en Wallonie. L’expérience des années précédentes nous a appris qu’avec un peu de préparation, il est possible de limiter fortement l’apparition de ces phénomènes d’érosion intense, et de diminuer les dommages causés aux habitations, aux jardins et aux voiries.

Mon terrain est-il à risque, et si oui, comment me protéger ?

Si vous n’avez jamais été confronté à ce problème, cela ne veut pas dire que le risque n’existe pas : en effet, ce type d’inondation est essentiellement liée à un orage, et c’est parfois très localisé (à cent mètres près, on est inondé ou pas). Pour vérifier si votre terrain est situé sur un axe de concentration du ruissellement, il est utile de consulter la carte LIDAXES sur le Géoportail de la Wallonie (geoportail.wallonie.be/walonmap). Bien entendu, le bon sens s’applique aussi : si votre terrain est situé en contrebas d’un versant agricole cultivé, même sans axe de concentration de ruissellement identifié, une coulée de boue peut survenir.

Dès lors que votre terrain est soumis à un risque de ruissellement, voici quelques recommandations pour vous protéger.

La première série d’actions à mener sur votre terrain et votre habitation est d’assurer le bon fonctionnement des ouvrages de collecte et d’évacuation des eaux de pluie : nettoyer les caniveaux, corniches et rigoles de tous les débris (feuilles mortes, banchettes, mousses,..) qui ont pu s’y accumuler durant l’hiver. Signaler au service Travaux (dHJhdmF1eEBnZW1ibG91eC5iZQ==) les avaloirs bouchés.

La deuxième action va consister à imaginer le trajet des écoulements intenses éventuels sur le terrain, et à dégager un passage libre : aucun tas de bois, bac à fleurs, compost, sacs de terreau et autre réserve de matériel pouvant faire obstacle au ruissellement (ou être emporté vers l’aval).

Et en dernier lieu, il faudra protéger ce qui risque malgré tout d’être touché par les eaux, ainsi par exemple : boucher les aérations de cave et soupiraux, surélever les machines et les armoires, enlever les tapis, etc. Il est aussi malin de garder à portée de main quelques outils : pelle, râteau, brosse et raclette, pompe vide-cave, bottes et lampe de poche.

Check-list INONDATION (Je suis inondé, que faire ?)
  • Protéger
  • Couper l’électricité si danger de court-circuit, le gaz, le chauffage
  • Mettre les personnes vulnérables à l’abri
  • Alerter
  • Service de secours : 112 (en cas de danger de mort pompiers – ambulance) ou 1722 en cas de moins urgent (https://www.sos112.be/fr/pas-urgent)
  • Eviter de saturer le réseau GSM (uniquement appels urgents et importants)
  • Secourir
  • S’équiper (bottes, gants, lampe de poche)
  • Evacuer l’eau, racler la boue
  • Ecouter la radio et les réseaux sociaux officiels, suivre les consignes des autorités