Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Gembloux et ses villages / Lonzée

Lonzée

Nombre d'habitants

1905

Superficie

532 ha

Origine du nom

Lonceus, Lonceia, au 13e s., Lonsees (1289), du gentilice Lonceius (?)

Habitants

Lonzinois

Situation géographique

Village résidentiel de la Hesbaye limoneuse, sur l’ Arton, affluent de l’Orneau, altitude de 135 à 184 m
Gare ferroviaire, N 4

Historique

Dès la fin du 19e s. et jusqu’à la Seconde Guerre, il existait à Lonzée une industrie sans doute unique en Belgique : l’extraction de la terre verte ou terre-couleur. Il s’agissait de l’exploitation d’un massif de glauconie ou argile verte formé à l’ère secondaire, au crétacé (moins 135 millions à moins 65 millions d’années). Cette terre servait la fabrication de teintures (en Allemagne et en Autriche) et de stucs mélangée à la craie de Grez-Doiceau.

On a retrouvé des quantités d’êtres vivants aussi bien marins (mosasaures, poissons et mollusques) que terrestres (reptiles, tortues). Des fouilles et l’étymologie attestent d’une présence préhistorique et gallo-romaine.

Au Moyen Age on note trois entités distinctes : Harton, Argenton et Lonzée aux confins du duché de Brabant et du comté de Namur. Le traité signé à Maastricht en 1357 fixe la frontière entre les deux provinces sur le ruisseau de Lonzée et d’Harton qui coupe le village en deux : Lonzée au nord et Argenton au sud. Cette frontière sera contestée par l’abbaye de Gembloux qui convoite les propriétés de l’abbaye de moniales cisterciennes installées à Argenton depuis 1229. Les procès de ce conflit de juridiction seront entrepris par les Etats de Brabant et ceux de Namur et cesseront à la fin de l’Ancien Régime. La contestation portait également sur le statut de Lonzée : en effet le village était une terre franche au régime fiscal particulier mais dépendant de la terre de Gembloux, notamment pour l’administration et la justice.

Lonzée a la réputation de Pays des sorcières. En 1637-1638, des procès de sorcellerie se sont déroulés devant la Haute cour de justice de Gembloux. Sur un gros mois, cinq femmes furent emprisonnées, questionnées, torturées pour finir toutes de la même manière : étranglées et brûlées et leurs biens vendus pour subvenir aux frais de ces soit-disant procès. La chute de l’Ancien régime vit le rattachement d’Argenton à Lonzée et sa séparation de la terre de Gembloux.

A la fusion des communes de 1965, le village retournera à Gembloux.

A Voir

L'abbaye d'Argenton     

Evénements

Grand-feu, sur le site de l’ancienne abbaye d’Argenton, début mars
Kermesse annuelle du village, le troisième dimanche de juin

www.lonzee.be

 

Lonzée