Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Environnement (PCV) / Plan Maya

Plan Maya

massacre

Pourquoi être une commune Maya?                       

Face au constat du déclin inquiétant des abeilles domestiques ainsi que de nombreuses espèces d'abeilles sauvages et de bourdons, la Région Wallonne lance le programme MAYA invitant les communes à s'investir dans des mesures en faveur des ces espèces. Ces pollinisateurs manquent de plus en plus de ressources pour leur sauvegarde, or, leur rôle est fondamental dans la reproduction des végétaux, dont de nombreux fruits et légumes courants de notre alimentation. GEMBLOUX a donc répondu "présent" à l'appel de la Région.

L’abeille mellifère est sans doute l’insecte le plus connu et le plus attendrissant pour petits et grands. Qui n’a pas eu droit à l’école au cycle de développement de l’abeille ou à la fécondation des fleurs par une abeille? Qui n’a jamais eu « un remède de grand-mère » à base de miel pour contrer une vilaine toux ou une grippe ?

L’abeille est très souvent le symbole de la vie, du travail, …

En visitant les fleurs pour en récolter le pollen et le nectar, les abeilles, comme les autres insectes butineurs, pollinisent et permettent la fécondation et la reproduction de plus de 80% des espèces végétales. Et comme ces végétaux sont souvent utiles voire nécessaires à l’existence de tout un cortège d’autres espèces animales, on comprend aisément que les espèces pollinisatrices jouent un rôle majeur en termes de préservation de la vie et de sa diversité sur notre planète.

L’activité de pollinisation est également essentielle pour notre agriculture.

De nombreuses cultures parmi les fruits, les légumes, les oléagineux,… sont pollinisées par les insectes. Un tiers de l’alimentation humaine et trois quarts des cultures dépendent de la pollinisation par les insectes.

Malheureusement, en Wallonie, l'abeille domestique subit une régression inquiétante, les ruchers dépérissent et leur immunité semble en général affectée.

A coté de l’abeille domestique bien connue, ce n’est pas moins de 350 espèces d'abeilles sauvages et bourdons qui butinent les fleurs au travers de notre Wallonie. Ces espèces participent aussi à la pollinisation des végétaux et subissent également un déclin plus qu’important.

C’est surtout la diminution des ressources alimentaires qui est en cause dans cette situation alarmante. Le pollen est l’unique source de protéines pour les abeilles. Elles en consomment chaque jour une quantité importante. L’alimentation en pollen des larves et des jeunes abeilles influe directement sur le développement des organes, la taille, la durée de

vie des abeilles ouvrières et leur défense immunitaire.

Les abeilles ont donc besoin de pollen en quantité, en diversité et en qualité.

Il est donc impératif de reconstituer dans nos paysages des espaces riches en plantes mellifères et dénués d’utilisation de pesticides autant que possible.

Les engagements

Pour acquérir le statut de commune MAYA, la Ville s'est engagée à travers la signature d'une charte sur les mesures suivantes:

Dès la première année

Réaliser, chaque année, un ou plusieurs projets de plantation de végétaux mellifères sur le territoire communal.

  • soit 50 ares de prés fleuris,
  • soit la plantation de 75 arbres fruitiers,
  • soit la plantation de 75 arbres d’alignement,
  • soit la plantation d’une haie de 480 plants.

Les projets peuvent être combinés. Par exemple, il est possible de planter un pré de 25 ares combiné à une haie de 240 plants,…
 

Sensibiliser les enfants et les adultes.

Une campagne de sensibilisation à l’Abeille sera organisée chaque année.

Par le biais du bulletin communal ou d’un courrier « toutes boîtes », les citoyens de la commune recevront au minimum un article par semestre sur le thème du plan MAYA, des espèces mellifères, de la crise environnementale vécue par les abeilles, du rôle des abeilles,…

Par période de trois ans, réaliser sur la commune « une semaine des abeilles » et prendre en charge une communication adéquate : sensibilisation pour les écoles, portes ouvertes de ruchers, organiser une vitrine de l'abeille, etc.

Organiser une rencontre annuelle des élus et du personnel communal concerné, avec les apiculteurs, ruchers écoles, et associations impliquées dans la défense des abeilles et/ou insectes butineurs. Le but de cette réunion étant d’identifier les attentes de chacun, d’identifier les problèmes éventuels ainsi que dégager des solutions, de mettre en œuvre des projets « MAYA »,…

ruche

A partir de la deuxième année:

Enrichir le fleurissement de la commune, chaque année, tant en espaces verts qu'en bacs à fleurs avec des plantes mellifères.

Inventorier les sites communaux où les apiculteurs de la commune pourraient déposer des ruches.

Mettre en oeuvre une convention « Bords de routes- Fauchage tardif » ou améliorer la convention existante.

L’objectif tant pour les nouvelles conventions que les anciennes sera de réserver certaines zones à un objectif particulier de fleurissement naturel (ramassage du foin, sursemis de fleurs, etc…)

A partir de la troisième année

Adopter un plan de réduction des pesticides.

Les sources de pesticides nuisibles aux abeilles seront identifiées et la commune prendra l’engagement d’en réduire voire abandonner l’utilisation sur les territoires de la commune.

Etablir un plan de gestion différenciée des Espaces verts sur la commune.

tardif

Pour les particuliers aussi

Si vous mangez, la sauvegarde des polinisateurs vous concerne cliquez ici

Pour aller plus loin:
www.hotel-insectes.be
Construisez un hotel à insectes
www.abeillesentinelle.net
Reconnaissez les plantes mélifères
www. environnement.wallonie.be
Un bon plan pour protéger nos abeilles
www.st.ambroise.be
Ecole d'apiculture